En phrases avec son temps

15 novembre 2013

Un cadre noir sur lequel est posée une simple typo blanche. Ce pourrait être le carton d’entrée d’un film de Jim Jarmusch, sauf qu’à la place d’un nom d’acteur illustre, il y a une phrase. Anodine, on pourrait l’entendre au détour d’une conversation entre potes, mais une fois sortie de son contexte, elle devient un aphorisme des temps modernes, une punchline de la vie. Rencontre avec Julien et Arthur qui, avec Intertitres,  écrivent leur ton au générique.  

 

tumblr_mew3p3waHP1qc2nduo1_r1_1280

Vous pouvez nous raconter un peu vos parcours respectifs ?

Nous avons tous les deux 29 ans et sommes deux parisiens. Nous nous sommes rencontrés à l’école maternelle.  Plus tard, encore tous les deux, nous sommes partis à la Middlesex University à Londres pour faire des études d’art et de cinéma.

 

Comment est né le projet Intertitres ?

Le projet est né d’un échange d’e-mail lorsque nous étions étudiants. A l’époque, toutes ces phrases n’avaient rien d’exceptionnel, elles nous ont juste permis de travailler la forme. L’idée de sélectionner des phrases est venue ensuite. La déformation des expressions et les phrases humoristiques étaient des choses qui nous intéressaient depuis bien plus longtemps, ce sont encore des références communes.

 

Comment trouvez-vous toutes ces phrases ? Vous les chinez au gré des conversations, ou il y a un travail d’écriture ?

Il y a 3 types de phrases :
- Celles que l’ont créé nous même spontanément.
- Celles que l’on glane respectivement autour de nous en écoutant des conversations, dans nos lectures…
- Et il y a les phrases proposées par notre entourage ou par des internautes.

Il n’y a pas de travail d’écriture au sens où nous ne nous mettons pas à une table en disant : « allez on en écrit 100″. Mais il y a néanmoins un peu de réécriture pour faire rentrer les propositions dans notre format.

 

tumblr_msvc773mhJ1qc2nduo1_1280

Comment avez-vous choisi ce canevas de départ, noir et blanc, minimaliste ?

L’inspiration nous est venue des cartons de films expérimentaux et plus généralement des cartons d’intertitres du cinéma muet. On s’est beaucoup intéressé au mécanisme, aujourd’hui disparu, qui faisait vivre une histoire d’une toute autre manière. Au cinéma, un intertitre a un avant et un après. Ici c’est pareil. Il y a une histoire avant et les phrases ont une autre vie ensuite.

 

Vous n’avez jamais envisagé de le faire évoluer ?

L’idée originale est la déclinaison d’un concept. Le projet n’a pas évolué graphiquement, mais il a quand même pas mal changé, si on regarde les premiers intertitres publiés, le style et l’intention des phrases n’étaient pas encore bien définis et étaient plus de l’ordre de la private joke qu’autre chose. On s’amusait plus avec l’apparence en faisant entrer des phrases dans ce format sans forcément penser à leur signification auprès d’autres publics.

 

Il y a un vrai sens de la punchline dans vos Intertitres …

On ne voit pas forcément ça comme des punchlines, mais le fait que notre entourage en cite parfois dans la « vraie vie » remplit un peu cette fonction.
Quand on nous envoie une proposition, ou que l’on note une phrase, il y a toujours cette petite voix qui dit « Yes, j’en ai trouvé une bonne » !

 

tumblr_miydpnwJ6k1qc2nduo1_1280

Diriez-vous que c’est un projet à la fois artistique et sociologique ?

Les deux à la fois, nous utilisons une forme purement graphique pour recenser les errances de la langue française.

 

Vous ne seriez pas en train de constituer un dictionnaire d’expressions des temps modernes ?

On est simplement passé de l’action de noter des phrases dans un carnet à celle des les partager sur internet. Cela a plus une forme de recueil que de dictionnaire car nos choix ne sont ni objectifs ni exhaustifs. On ne cherche pas non plus à expliquer les phrases ou les expressions.

 

Un recueil de prévu pour ce travail exhaustif ?

Intertitres est un work in progress, on ne sait pas quand il s’arrêtera. Son intérêt réside donc aussi dans la grande quantité de phrases qu’il commence a avoir. On ne saurait comment en sélectionner un nombre précis !

 

tumblr_mpztcusdCV1qc2nduo1_1280

Sur le site, on peut acheter Intertitre en version papier. Vous avez des expos en vue ?

Pas pour le moment, on s’est rendu compte en imprimant et en accrochant quelques print que l’on allait un peu a l’encontre du projet.
On n’est définitivement pas très à l’aise avec le fait de devoir en choisir. La sélection à l’intérieur du projet n’a pas de sens. Le projet lui même étant une sélection, on ne peut pas couper. C’est là l’essence de projet, une sélection qui s’agrandi au fur et à mesure.

 

Avez-vous pensé à rendre le projet participatif, pour que chacun écrive ses propres Intertitres ?

Il l’est en quelque sorte car beaucoup de gens envoient leurs propositions. Mais elle doivent quand même passer par notre filtre. Tu parlais d’écriture, il y a en fait plus un travail de sélection.

 

Vous allez continuer encore longtemps cette chasse aux fulgurances ?

On s’arrêtera quand on sera mort (Intertitre exclusif !).

 

tumblr_mw23ezgW2m1qc2nduo1_1280

Spéciale dédicace !

 

tumblr_mko3y5T0B61qc2nduo1_1280

 

tumblr_mqbpvc7fTo1qc2nduo1_1280

 

tumblr_mrso9o1ce51qc2nduo1_1280

 

tumblr_mje2rlkF3o1qc2nduo1_1280

 tumblr_msvc773mhJ1qc2nduo1_1280

 

tumblr_mhjzr04aS41qc2nduo1_1280

 

tumblr_msio46DHDj1qc2nduo1_1280

Retrouvez les centaines d’autres Intertitres: ici

 

VICTOR BRANQUART

Laurent Sciamma